Les Choix Pédagogiques

du Petit Château de Thérèse

Les Choix Pédagogiques

du Petit Château de Thérèse

Le Collège-Lycée

Afin de déterminer notre projet pédagogique pour le collège et le lycée, nous nous sommes intéressés aux différentes recherches et réflexions faites par un certain nombre de professeurs d’universités, de grandes écoles ou de classes préparatoires, qui proposent des orientations permettant de remplir correctement la mission, qui est de donner leur formation de base aux scientifiques et aux experts en tous domaines dont un grand pays moderne a besoin.

 

  1. Pour ce faire, nous avons été invités à regarder l’histoire de l’enseignement secondaire, afin de situer cet enseignement dans la durée :

En effet, depuis l’Antiquité, en remontant au monde grecque, jusqu’aux années contemporaines, l’enseignement secondaire est l’étude des arts libéraux : 

  • Lettres : grammaire, dialectique, rhétorique (trivium)

  • Sciences : arithmétique, géométrie, physique, astronomie (quadrivium)

 

La philosophie, à l’origine de cette vision éducative, était que tout élève, avant d’entrer dans une faculté supérieure spécialisée, devait être instruit, avec une égale assiduité, des lettres et des sciences, sans se spécialiser prématurément dans aucun de ces deux domaines, qui sont les deux faces complémentaires et inséparables de la formation de l’esprit.

 

  1. La complémentarité des disciplines.

 

Les enseignements littéraires et scientifiques ne sont pas destinés à former deux types différents de cerveaux, mais à construire les deux « hémisphères » d’un même cerveau bien formé, quelles que soient les études et les vocations professionnelles ultérieures.

 

  • La grammaire de base doit avoir été entièrement acquise à la fin de l’enseignement primaire

  • La connaissance de la langue, de son vocabulaire (étymologie des mots), de ses subtilités, permet d’aborder toutes sortes de savoirs, y compris les matières scientifiques (mathématiques, sciences, physiques …).

  • L’enseignement de la littérature donne chair aux récits de l’histoire, et inversement l’histoire fait connaître le contexte où se déroulent les évènements narrés par les textes littéraires.

 

Il est impossible de commencer sérieusement l’étude des mathématiques en 6ème avec des élèves qui auraient des lacunes importantes en français.

 

 

  • Le latin, la matière du « petit détail qui change tout », a pour vertu essentielle de développer « l’esprit de finesse ». Cet exercice s’appliquera ensuite naturellement dans tous les autres domaines où la pensée de l’élève sera confrontée à des réalités complexes.

 

  • L’enseignement de l’histoire de l’art nourrira le cours d’histoire et celui de la littérature et réciproquement.

 

Ce qu’un professeur de langues, d’histoire, de géographie, de littératures, d’arts, enseigne au sujet d’un pays, d’un peuple ou d’une civilisation, sera d’autant mieux compris des élèves que ceux-ci auront été également instruits, par d’autres disciplines, sur d’autres facettes de ce pays, de ce peuple ou de cette civilisation.

 

  • Les mathématiques sont les indispensables outils de la physique et de la chimie

  • La physique fournit des outils intellectuels indispensables pour l’étude des sciences naturelles et de la chimie. La physique et la chimie fournissent des outils pour la biologie.

  • Les sciences et les humanités sont le point de départ de la réflexion philosophique. On ne peut envisager de faire valablement de la philosophie qu’avec des élèves connaissant suffisamment de littérature, d’histoire, de langues et de sciences.

  • L’instruction religieuse gagne en profondeur du fait de toute l’instruction « laïque » apportée par les disciplines littéraires et scientifiques

  • L’enseignement des sciences économiques et sociales n’aura de sens sur la base d’une riche instruction préalable en histoire, géographie et philosophie.

  

L’homme cultivé est quelqu’un en qui l’instruction reçue a peu à peu modelé des cadres généraux de pensée : « Ce qui reste quand on a tout oublié ».

 

 Au Petit Château de Thérèse, notre ambition aura donc pour credo de permettre aux jeunes de développer le goût pour le travail intellectuel, un esprit critique positif et ouvert au monde, la capacité de vivre avec les autres dans un climat d’amitié sincère et l’amour de Dieu :

 

  • Par l’étude méthodique et poussée des langues, il aura acquis quelques clés de la communication humaine.

  • Par l’étude de la littérature, il aura rencontré un large éventail de types humains et de situations humaines typiques ; ce qui lui aura permis de repérer quelques-uns des problèmes moraux, psychologiques, sociaux ou politiques qui se posent à l’humanité.

  • Par l’étude de l’histoire, il aura acquis des cadres chronologiques qui lui permettront de situer les réalités humaines dans le temps, et donc de comparer le présent au passé. Il aura désormais des repères lui permettant de discerner, dans une situation donnée, ce qui a déjà existé et ce qui est nouveau.

  • Par l’étude de la géographie physique et humaine, il aura appris les principaux cadres qui lui permettent de situer l’homme et ses activités sur la surface de la Terre. Il sera donc préparé à comprendre les problèmes économiques et géopolitiques.

  • Par les rudiments des sciences économiques et sociales, il aura acquis quelques clés plus spécifiques sur différentes facettes des réalités sociales modernes.

 

Par la littérature, l’histoire, la géographie, l’instruction civique et morale, et l’histoire de l’art, il aura acquis un certain sens de ce que sont des peuples, des nations, des civilisations en leur diversité et leur évolution ; ainsi que des rôles respectifs des individus, des institutions, des collectivités dans la vie des sociétés humaines.

 

  • Par les mathématiques, au-delà de l’acquisition des facultés d’analyse et de calcul utilisées dans les domaines scientifiques, il deviendra capable de formaliser des problèmes en-dehors des questions scientifiques proprement dites.

  • Par l’ensemble des disciplines scientifiques, il se sera fait une première image de la structure du cosmos ; il sera donc prêt à se poser les grandes questions de la cosmologie, de la vie, de l’espèce humaine… Il sera prêt à faire de la philosophie.

  • Par la philosophie, l’élève s’initie aux grandes questions de l’humanité et à ce qu’est une démarche critique radicale.

 

 

La classe de seconde est l’année de la réflexion et de la méthode.

 

La seconde doit aider l’élève à se faire une première idée, en fin d’année, des enseignements de spécialité qu’il étudiera en classe de première.

Cette classe va permettre à l’élève d’approfondir les matières enseignées au collège et d’en découvrir de nouvelles.

Elle constitue une année de réflexion qui, par le choix des options en fin d’année, permet d’établir une stratégie d’étude et un projet personnel.

Les élèves seront accompagnés dans cette démarche d’orientation par notre équipe pédagogique.

Attention, en seconde il ne s’agit plus, comme au collège, d’appliquer uniquement ce que l’on a appris dans un exercice. Les professeurs exigent en effet de l’élève davantage de réflexion, d’analyse et de travail personnel. Il faut pour cela travailler plus et surtout être organisé dans son travail en accentuant les efforts sur l’acquisition des différentes méthodes de restitution des connaissances (dissertation, commentaire)

 

Le baccalauréat d’enseignement général est proposé avec les enseignements de spécialités suivants : Mathématiques, Histoire-Géo-Géopolitique, Anglais, Espagnol.

 

Un enseignement catéchétique fidèle au magistère de l’Eglise, l’histoire de l’Eglise, une prière simple dite le matin et divers temps forts sont proposés au cours de l’année.